Méditation de la semaine : Septembre 2019

Méditation de la semaine : dimanche 1er septembre 2019

S'entraîner

 

1 Cor 9. 24-25  : "Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul reçoit le prix? Courez de manière à l'obtenir. Tout lutteur s'impose toute espèces d'abstinences ; eux, pour recevoir une couronne corruptible, nous, pour une couronne incorruptible."

Lors du tournoi de football inter-églises, notre frère Esteban nous a parlés de l'importance de l'entraînement. Un sportif, pour atteindre un niveau d'excellence, n'a d'autre option que de s'investir à 100 %. Cela implique un entraînement dur et quotidien. Tout grand champion que nous voyons a consacré quasiment chaque jour de sa vie à s'entraîner.

Paul compare à plusieurs reprises la vie d'un Chrétien avec la vie d'un sportif de haut niveau. Et comme eux, si nous voulons courir de manière à obtenir le prix, cette "couronne incorruptible", nous n'avons d'autre option que l'entraînement pour y parvenir.

Esteban nous a proposés un " plan d'entrainement", très simple et pratique, qui doit être la base de notre entraînement : Prier ; parler à Dieu ; lire sa parole pour le connaître davantage et apprendre ce qu'il attend de nous ; passer du temps avec des personnes qui l'aiment et le suivent.

Méditation de la semaine : dimanche 8 septembre 2019

Le mal et ses dommages collatéraux

 

Plus je grandis, plus je remarque que, quand je fais le mal, je ne suis pas la seule concernée. Bien entendu, il y a les personnes qui sont directement touchées par mon mal et à qui j'ai le devoir de demander pardon. J’ai aussi celui de réparer ma faute, si c’est possible, devoir que je ne remplis que rarement...

Quand je pèche, toute mon assemblée peut aussi être touchée. Mes mauvais choix de vie et mon mauvais comportement sont un mauvais exemple pour les autres, notamment pour les plus jeunes. Mes mauvais choix de vie et mon mauvais comportement découragent mes frères et sœurs. La sanctification est une course qui se court à plusieurs. Quand je m'arrête, prends mon temps, dévie, c'est tout le peloton qui en est affecté. Mes mauvais choix de vie et mon mauvais comportement attristent mes frères et sœurs. L'Esprit donne de la joie, mais la chair ne produit que tristesse.

C'est pourquoi, aujourd'hui, je veux prendre mes responsabilités. Je ne veux pas donner le meilleur de moi-même pour l'amour de Dieu seulement, mais aussi pour l'amour de mes frères et sœurs. Ils ont besoin et ils méritent que je fasse de mon mieux pour marcher dans la sainteté. Je veux donc prendre mes responsabilités, et ne pas laisser aux moteurs de mon assemblée, que j'admire tant, le soin d'être un bienfait et un exemple pour les autres. Moi aussi, je veux faire ma part. Oui, nous sommes tous les gardiens de nos frères.

Méditation de la semaine : Dimanche 22 septembre 2019

Dieu n’est pas un prestidigitateur

 

En Exode, juste après l’épisode du buisson ardent, Dieu tient à rassurer Moïse, très inquiet à l’idée que ses compatriotes ne l’écoutent pas. Il accomplit alors deux miracles, coup sur coup : il transforme d’abord le bâton de Moïse en serpent – pour aussitôt après le faire de nouveau bâton – puis étend une lèpre sur la main de Moïse – pour aussitôt la guérir. Ayant fait cela, il explique à Moïse que « c’est afin qu’ils croient que l’Eternel, le Dieu de leurs pères, t’est apparu » (Exode 4.5) ; et il ajoute encore, un peu plus loin, parlant du miracle de la main : « S’ils ne te croient pas et ne prêtent pas attention au premier signe, ils croiront à ce dernier signe » (v. 8). Ainsi, comme toujours, ces miracles sont appelés des signes.

Tout miracle de Dieu est un signe, « afin qu’ils croient ». Dieu n’est pas un prestidigitateur, un faiseur de prodiges, qui n’a comme seul but d’impressionner : Dieu voulait que le peuple croie, mais pour quoi ?

Dieu voulait que le peuple croie, en vue de sa délivrance ! Et la délivrance du peuple Hébreux ne pouvait se faire qu’en entrant en relation avec Dieu. Tout comme nous.

Dieu veut établir une relation avec l’homme, avec tout homme et toute femme. Ses miracles ne sont que des signes : le mot est important. Ce sont des poteaux indicateurs qui disent : Je suis là ! Je suis là, et je t’aime ! Viens, et suis-moi.

Dieu ne fait pas dans le spectaculaire pour des raisons triviales.

Dieu a un dessein d’amour, envers tous les hommes : envers toi, envers moi. Et Dieu me dit : n’ai-je pas fait de grandes choses dans ta vie ? Pourquoi crois-tu que j’ai fait cela ? Parce que je t’aime, parce que je veux transformer ta vie. Mon fils, ma fille, mes miracles te disent une seule chose : viens, et suis-moi.

Méditation de la semaine : dimanche 29 septembre  2019

La vie: une question de choix


La foule a choisi Barabbas au lieu de Jésus-Christ…

=> la voie du plus grand nombre n'est pas toujours la meilleure.

Le jeune homme riche a choisi de garder ses biens à la place de la vie éternelle…

              => nos possessions peuvent être une pierre d'achoppement.

Loth a choisi Sodome et Gomorrhe parce que la plaine du Jourdain était bien arrosée…

=> la convoitise des yeux peut nous tromper grossièrement.

Le salut est arrivé chez Zachée parce qu’il abandonnait sa plus grande passion…

=> il a choisi ce qui avait de la valeur aux yeux de Dieu.


Chaque choix a ses conséquences.

Soyons certains que nos choix répondent aux attentes de notre Dieu.