Méditation de la semaine : Novembre 2017

Méditation de la semaine : dimanche 5 novembre 2017

Dans une étude sur Jésus, un dimanche, notre frère Arlin a dit : « le péché nous déshumanise ».

Cette phrase m’a fortement touché. « Déshumanise… » : ça donne un coup, n’est-ce pas ?
Sans humanité, évanouie la dignité ; évanoui le caractère humain.
L’auteur François Mauriac, auteur notamment de ‘Dieu et Mammon’, a écrit : « Je mourrai étouffé par ce monde déshumanisé ».
Peut-être aurait-t-il pu écrire : «Je me meurs sans Dieu, éloigné d’un monde sans accord,
étouffé par le conformisme, éloigné de la conformité à Dieu ». Peut-être… !
Bien que Mauriac soit mort, sa pensée conserve toute sa force dans notre époque déçue, époque d’un monde déchu, puissance dix !
Pourquoi ? Pourquoi ? La réponse s’écrit : péché, et se prononce esclave.
Que notre Roi glorieux nous aide à dénoncer, à condamner l’aspect déshumanisé de notre caractère,
de notre coeur, de notre ancienne nature.
Jésus, notre frère, notre ami, nous montre la nécessité d’avoir de la patience, de l’amour pour ceux qui nous entourent.
De la patience, 70 fois 7 fois…, dans le tort ; de la repentance, 70 fois 7 fois, du pardon,
de l’amour pour une société humaine, plus humaine. Sept… , c’est le minimum.
Paul, notre frère Apôtre, inspiré de Dieu, nous donne l’art et la manière de corriger le péché débridé, de cultiver la Dignité Humaine.
Comment ?
Supporter tout ! Porter sa croix. Supporter tout !
Pas toujours facile !
« Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns » 1 Corinthiens 9.22
La grâce de Dieu a eu pour fruit d’humaniser un certain Saul de Tarse.
La grâce sans limite de Dieu toujours opère…
Des flambeaux dans le monde.
Des flambeaux dignes…, dignes représentants dans un monde indigne, déshumanisé par le péché.
Dans une étude sur Jésus, un dimanche, notre frère Arlin a dit : « le péché nous déshumanise ».
Cette phrase m’a fortement touché. « Déshumanise… » : ça donne un coup, n’est-ce pas ?
Sans humanité, évanouie la dignité ; évanoui le caractère humain.
L’auteur François Mauriac, auteur notamment de ‘Dieu et Mammon’, a écrit : « Je mourrai étouffé par ce monde déshumanisé ».
Peut-être aurait-t-il pu écrire : «Je me meurs sans Dieu, éloigné d’un monde sans accord,
étouffé par le conformisme, éloigné de la conformité à Dieu ». Peut-être… !
Bien que Mauriac soit mort, sa pensée conserve toute sa force dans notre époque déçue, époque d’un monde déchu, puissance dix !
Pourquoi ? Pourquoi ? La réponse s’écrit : péché, et se prononce esclave.
Que notre Roi glorieux nous aide à dénoncer, à condamner l’aspect déshumanisé de notre caractère,
de notre coeur, de notre ancienne nature.
Jésus, notre frère, notre ami, nous montre la nécessité d’avoir de la patience, de l’amour pour ceux qui nous entourent.
De la patience, 70 fois 7 fois…, dans le tort ; de la repentance, 70 fois 7 fois, du pardon,
de l’amour pour une société humaine, plus humaine. Sept… , c’est le minimum.
Paul, notre frère Apôtre, inspiré de Dieu, nous donne l’art et la manière de corriger le péché débridé, de cultiver la Dignité Humaine.
Comment ?
Supporter tout ! Porter sa croix. Supporter tout !
Pas toujours facile !
« Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns » 1 Corinthiens 9.22
La grâce de Dieu a eu pour fruit d’humaniser un certain Saul de Tarse.
La grâce sans limite de Dieu toujours opère…
Des flambeaux dans le monde.
Des flambeaux dignes…, dignes représentants dans un monde indigne, déshumanisé par le péché.

 

Méditation de la semaine : dimanche 12 novembre 2017
L’Homme face à la mort
La question de la mort est une question centrale dans tous les systèmes religieux ou philosophiques de l’humanité.

La vérité se présente initialement à l'homme sous une forme interrogative : la vie a-t-elle un sens ?
La première vérité que nous apprenons de notre existence, c’est celle qui nous permet de comprendre que notre vie est inéluctablement vouée à la mort.
D’une manière générale, l’homme n’aime pas qu’on lui parle de la mort.
Mais comment éviter un sujet qui concerne tout le monde ?
C’est donc pour mieux vivre qu’il est utile de parler de la mort.

C’est pourquoi Moïse pouvait dire dans sa remarquable prière : « Seigneur, enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions notre coeur à la sagesse » (Psaume 90.12).
Face à la mort, nous avons deux alternatives : l’absurdité ou le salut.
1. L’absurdité : le néant, fin définitive de l'existence
2. le salut : l’accès à l’immortalité, dans un autre monde
« Souviens-toi bien que tous les hommes sont destinés à la mort. » Citation de Pythagore ; Les Vers d'or - VIe s. av. J.-C

 

Méditation de la semaine : dimanche 19 novembre 2017

 

Que m’arrivera-t-il un beau jour ?

Jésus invite à la foi... même dans un domaine aussi sensible que celui de la mort.

Jésus est digne de foi, puisqu’il est revenu de la mort et qu’il en est sorti vainqueur !

« Mais, en réalité, le Christ est revenu d'entre les morts, en donnant ainsi la garantie que ceux qui sont morts ressusciteront également.

Car, de même que la mort est venue par un homme, de même la résurrection des morts vient par un homme. Tous les hommes meurent parce qu'ils sont liés à Adam, de même tous recevront la vie parce qu'ils sont liés au Christ » (1 Corinthiens 15.20-22 – FC)

« Il engloutira la mort pour toujours. Le Seigneur, l’Eternel, essuiera les larmes de tous les visages, il fera disparaître de la terre la honte de son peuple. Oui, l’Eternel l’a décrété » (Esaïe 25.8 – Seg 21)

« (Sa grâce) qui a maintenant été révélée par la venue de notre Sauveur Jésus-Christ. C’est lui qui a réduit la mort à l’impuissance et a mis en lumière la vie et l’immortalité par l’Evangile » (1 Timothée 1.10 – Seg 21)

Jésus ne nous donne pas tous les détails sur ce qu’il advient de nous après la mort,

mais il affirme que c’est Lui qui nous prépare une place pour être avec lui :

« Que votre coeur ne se trouble pas! Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Si ce n’était pas le cas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place.

Et puisque je vais vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi afin que, là où je suis, vous y soyez aussi. »

(Jean 14.1-3 – Sg21)

Méditation de la semaine : dimanche 26 novembre 2017
 
IL est mon ami fidèle   « Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde ». Amen ! Matthieu 28.20  

« Mais il écoute le malheureux lorsqu’il crie à lui ». Psaume 22.25  

« Me confier en toi fait que je ne chancelle pas ». Psaume 26.1  

« Ainsi mon âme a soif du Dieu vivant ! » Psaume 42.3  

« Ne crains point, et ne t’effraie point ! » Josué 8.1    

Unissons nos voix pour le célébrer à jamais !    

« En lui nous sommes devenus héritiers, ayant été prédestinés suivant la résolution de celui qui opère toutes    choses d’après le conseil de sa volonté ». Ephésiens 1.11    

Loué soit son Saint nom dans vos vies, dans vos cœurs…. 
 
Il s’appelle Emmanuel : Dieu est avec nous ! Mon ami fidèle !