Méditation de la semaine : Mars 2019

Méditation de la semaine : Dimanche 3 mars 2019

N’oublions pas que nous sommes faibles !

 

Quand nous nous sentons dépassés, ne sachant plus quoi faire dans une situation de notre vie, même si elle nous semble être peu de chose ou tout à fait gérable pour quelqu’un d’autre, confions-nous en Dieu et reconnaissons notre faiblesse devant Lui ! Faisons de même quand nous nous sentons forts, ayant l’impression de contrôler et de diriger tous les aspects de notre vie. N’oublions pas, dans ces moments, que la chair est faible et que le diable ne se repose pas : il « rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera » (1 Pierre 5 : 8). Dieu est toujours là, pour nous, et la Bible nous le montre :

« Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu [...] ; et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. » 1 Pierre 5 : 6-7

Dans l’Ancien Testament, Josaphat un roi de Juda, se voit attaqué par d’autres nations (bien plus nombreuses). Voici ce qu’il demande à Dieu (lui, un roi) :

 « O notre Dieu, n’exerceras-tu pas tes jugements sur eux ? Car nous sommes sans force devant cette multitude nombreuse qui s’avance contre nous, et nous ne savons que faire, mais nos yeux sont sur toi. » (2 Chroniques 20 : 12). Et l’Eternel leur accorde la victoire.

Jésus lui-même, quand il nous enseigne comment prier, nous fait voir notre faiblesse face à la grandeur de Dieu :

« ne nous induit pas en tentation, mais délivre-nous du mal. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! » Matthieu 6 : 13

Méditation de la semaine : dimanche 10 mars 2019

Découvrir nos dons

 

Dieu nous a créés uniques, tous différents. Dans la Bible, nous comprenons que l’Eglise est un corps, où chaque membre a sa fonction, propre à ses qualités. Chacun est appelé à y œuvrer.

Les chrétiens se demandent toujours quelle est leur place dans le dessein de Dieu. Comment servir ? Comment être utile ? Comment accomplir des choses qui comptent ? Beaucoup attendent un appel de la part de Dieu, pour qu’Il leur assigne une tâche ; d’autres peinent à déceler leurs dons. Trouver ses dons, c’est mieux se connaître et s’épanouir dans notre vie avec le Seigneur.

Un missionnaire m’a un jour donné le conseil suivant : pour trouver ses dons, il faut parfois partir des besoins. N’attendons pas de connaître nos dons pour servir ! Regardons les besoins que nous voyons, dans notre assemblée, parmi les gens autour de nous.

Lançons-nous, et ainsi, nous découvrirons nos dons.

Méditation de la semaine : dimanche 17 mars 2019

La forme extérieure de la piété

 

« Sache que, dans les derniers jours, surgiront des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l'argent, fanfarons, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, sacrilèges, insensibles, implacables, calomniateurs, sans frein, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, impulsifs,  enflés d'orgueil, aimant leur plaisir plus que Dieu ; ils garderont la forme extérieure de la piété, mais ils en renieront la puissance ». 2 Timothée 3.1-5

Quand il dresse cette  redoutable liste d’attitudes égoïstes, de qui parle Paul ? De croyants !

Ces comportements indiquent que celui qui s’y adonne est dénué de véritable piété, …bien qu’il en conserve l’apparence.

Mais cette posture de cœur conduit immanquablement à l’impuissance : « leur foi ne résiste pas à l’épreuve » (v.8) ; on ne peut agir ainsi et bénéficier de la puissance qui caractérise une vraie relation avec Dieu.

Se laisser ainsi dominer par des péchés de cœur (l’un ou l’autre de tous ces péchés qui sont à l’opposé du fruit de l’Esprit), sans aucune maîtrise de soi, conduit à l’échec total quand l’épreuve survient.

Soyons donc vigilants.

Méditation de la semaine : dimanche 24 mars 2019

La puissance du sang de Jésus

 

La rédemption (rachat, expiation) => Col 1.13-14 : « Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, le pardon des péchés ». Nous avons la rédemption par le sang de Jésus, nous sommes délivrés de la domination de Satan.

La purification (purge, nettoyage) => 1Jn 1.7 : « Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché ». Si nous marchons continuellement dans la lumière de la vérité, le sang de Jésus purifie continuellement nos consciences de tout péché.

La justification (décharge, allège) => Rom 5.9 : « A bien plus forte raison, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère ». Les accusations de Satan ne peuvent rien contre nous, car nous sommes déclarés justes et acquittés par le sang de Jésus. Cette justice n’est pas la nôtre, mais celle de Jésus.

La sanctification (rendre saint) => 1P 1.2 : « (élus) selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, pour l'obéissance et l'aspersion du sang de Jésus-Christ ». Le monde et la chair ne peuvent nous empêcher de servir notre Dieu qui nous a rachetés pour Lui appartenir. Par le sang de Jésus, nous sommes sanctifiés.

Par le sang de Jésus, nous sommes rachetés, purifiés, acquittés, revêtus de la justice de Jésus, sanctifiés, mis à part pour servir Dieu.

Méditation de la semaine : dimanche 31 mars 2019

La révolution que Dieu opère

Notre époque traverse de nombreux changements.

Par exemple, nous sommes en pleine révolution numérique.

Bien sûr, celle-ci crée des opportunités extraordinaires, mais aussi bouleverse nos habitudes, produit des incertitudes, des frustrations, des pressions de toutes sortes, pour parfois faire naître de l'aliénation, de la jalousie. En effet, la frustration a souvent pour sœur la jalousie : c'est ainsi !

Pour Christ, pour Paul, aussi, la bonne attitude, celle qui permet de traverser indemne tous ces bouleversements idéologiques, matériels et charnels, réside dans l'amour qui vient de Dieu, dans le respect profond de notre prochain.

Le progrès ne doit pas toucher à la valeur de chacun. Sinon, est-ce un progrès ?

Pour lutter efficacement contre tous les soucis, tous les produits irritants de notre société, Dieu nous équipe d'une arme spirituelle, ou plutôt d'un don qui n'a pas de limite : il s'agit de l'amour, de l'AMOUR !

Un don de Dieu, car nous y discernons l'action de Dieu en nous.

L'amour est patient et bon, l'amour ne s'irrite pas, l'amour ne soupçonne pas le mal… Faisons corps avec Dieu pour vivre en enfant de Dieu.

Pour vivre, expérimenter l'unité, l'harmonie qui se trouve dans la lumière, le Royaume de Dieu.

Le vrai changement pour Dieu, la révolution qu’il opère, c'est un cœur de pierre qui se transforme en cœur de chair. C'est tout ce dont nous avons besoin pour entendre, comprendre le mot de Jésus : « Heureux »