Méditation de la semaine : Janvier 2018

Méditation de la semaine : dimanche 7 janvier 2018

Demeurer unis
 
Tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage (…) s’édifie lui-même dans l’amour. Ep 4.16
Des scientifiques se sont demandé comment les fourmis de feu, au corps plus dense que de l’eau,  peuvent survivre à des inondations qui devraient les détruire.

Des ingénieurs ont découvert que ces fourmis  ont sur le corps de minuscules poils qui capturent des bulles d’air.

Cela permet à ces insectes de  se maintenir à la surface lorsqu’ils restent ensemble.
Les enseignements de Jésus nous parlent souvent de notre besoin d’interagir avec d’autres disciples de Christ  afin de survivre et grandir spirituellement.

En Ephésiens, au chapitre 4, Paul a écrit : « Ainsi, nous ne serons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine (…) », ce à quoi il ajoute : «  mais en professant la vérité dans l’amour, nous croîtrons à tous égards, en celui qui est le chef, Christ.

C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune  de ses parties, et s’édifie lui-même dans l’amour ».
 Seuls, nous coulons ; mais si, avec l’aide de Dieu, nous nous serrons les coudes, nous grandirons,  nous grandirons ensemble dans le Seigneur : nous pourrons tout surmonter !
 
La Parole fourmille d’enseignements afin que nous demeurions ensemble, unis pour la gloire de Dieu.

Méditation de la semaine : dimanche 14  janvier 2018
 
La valeur d’un homme !

 
La valeur d’un homme ne se mesure pas à son argent, son statut ou ses possessions.  La valeur d’un homme ne réside pas dans sa nationalité ou sa couleur de peau. 
 
Ce qui fait d’un homme un homme, c’est son courage, sa constance, sa sagesse, sa pondération,  sa capacité d’amour, de désintéressement, sa manière de tendre la main, sa capacité à répandre  la lumière autour de lui. Un homme ne vaut que parce qu’il est créature de Dieu.
 
Albert Einstein disait : « La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner  et non dans sa capacité à recevoir »
 
Faisons don de notre vie comme Jésus-Christ s’est donné pour notre monde !

Méditation de la semaine : dimanche 21 janvier 2018

Oh Seigneur, mon Dieu

Oh Seigneur, mon Dieu,

Je commence à comprendre la raison d’être de tout ce que j’appelle un rite.

Toutes ces choses que je pourrais appeler des rituels, comme la prière du matin, la prière

du soir, la prière avant le pain et la coupe de la communion, la musique sacrée, la lecture

des Ecritures, le culte tous les dimanches, la classe biblique dans la semaine, donner de

l’argent à la collecte, donner de mon temps ; et même le baptême, surtout le baptême :

tout ce que je me sens obligé de faire, tout ce que je me force à faire.

Tout ce que je suppose être juste un rite… n’est jamais juste un rite.

Ce sont tous ces rituels qui me libèrent de ma rigidité intérieure. Ils me libèrent de la part

de moi-même qui me limite et me restreint. Ils me libèrent de la part de moi-même qui

travaille si férocement pour protéger mon ego borné afin que je voie davantage, afin que

je devienne davantage conscient de ce qui compte, afin que je puisse devenir plus comme

tu le veux, afin qu’en pensée comme en action je trouve mon chemin au-delà de ce que je

pense être impossible.

Seigneur, je veux que tu prennes la place de mon ego, que tu le remplaces !

Ce sera une transformation merveilleuse !

Merci mon Seigneur, mon Dieu.

Méditation de la semaine : dimanche 28  janvier 2018 

Tu m’as libéré, Seigneur !
Alors que mon âme errait çà et là…

Alors que mes jours étaient sombres…

Alors que mon ego grandissait au-dedans de moi…

Alors que je vivais sans tes promesses…

Ton regard s’est penché sur moi.
 
Tu es venu comme une lumière dans ma vie, Seigneur.

Tu t’es dépouillé de ta nature de Dieu et tu t’es fait mon égal.

A la croix, par tes meurtrissures, tu as pris mes iniquités.

Au séjour des morts, tu as pris la clé de ma liberté : JE SUIS LIBRE, Seigneur, LIBRE !

Tu as payé ma rançon.

Tu es mon sauveur, mon pasteur, le gardien de mon âme.

MERCI, Jésus-Christ !

Tu vis en moi, et je vis pour toi.

Tu m’as libéré, Seigneur !