Méditation de la semaine : Février 2019

Méditation de la semaine : dimanche 3 février 2019

Ce sont nos choix qui déterminent notre relation avec Dieu.

 

Daniel, face à Nabuchodonosor, a fait le choix de rester fidèle.

Moïse, face au Pharaon, a choisi de se mettre au service de Dieu en abandonnant son confort.

Pierre et les autres apôtres ont préféré obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.

Joseph a préféré fuir plutôt que commettre un adultère.

La reine Esther a risqué sa vie pour le peuple de Dieu.

David a accepté d’affronter Goliath en comptant sur Dieu.

Les disciples ont tout abandonné pour suivre Jésus-Christ.

Et nous, quelle est notre part de risque ?

Méditation de la semaine : dimanche 10 février 2019

Que faire quand nous sommes critiqués ?

 

Travaillons nos relations avec ceux qui sont en désaccord avec nous. Cela peut être aussi simple

que d’inviter celui qui nous critique le plus à manger un midi avec nous au restaurant.

Pas besoin même de parler de choses spirituelles. Cela serait un bon moment pour apprendre à se

connaître plus profondément et, en même temps, pour faire évoluer notre comportement l’un envers

l’autre.

En effet, ceux qui nous critiquent peuvent être considérés comme une « loyale opposition » et

comme ayant le potentiel de devenir de précieux alliés, si nous les traitons avec respect.

Parce que ne pas être d’accord avec nous ne signifie pas être notre ennemi. Il est rare qu’il faille

lutter de front, dans un face à face borné et infructueux, avec ceux qui nous critiquent. Il est au

contraire fort possible que nous apprenions à apprécier leurs capacités et leur vision des choses.

Méditation de la semaine : dimanche 17 février 2019

A toi revient toute ma reconnaissance…, mon Jésus.

 

C’est à toi que la gloire appartient, Jésus !

Toi qui es descendu du ciel pour nous montrer l’obéissance, sois loué !

Tu es le pain de vie, tu donnes la vie à celui lui en mange : sois élevé !

Comment ne pas être reconnaissant pour tant de bienfaits ?

A toi revient toute ma reconnaissance, oui accepte-la, Jésus !

C’est toi seul qui es venu nous montrer la vie du Royaume.

Que devrais-je craindre encore ? Les injustices, les maladies ? Non, je refuse.

C’est en toi que je place toute ma confiance, divin rocher.

Tu es le seul digne de recevoir toute ma reconnaissance !

Tu relèves le faible, écoutes l’opprimé, aimes le rejeté… Tu es le seul, Jésus, qui panse mes blessures. Comme l’aveugle dans sa faiblesse s’est levé d’un bond en laissant tomber son manteau, C’est à toi seul que je veux m’attacher et laisser tomber tous les manteaux que le monde peut donner.

Comme tu es digne d’être magnifié ! Reçois ma reconnaissance d’un cœur appauvri sans toi !

Méditation de la semaine : dimanche 24 février 2019

Avoir honte de l’Evangile ?

Aux Romains, Paul écrit avec force : « Je n’ai pas honte de l’Evangile ! ».

A Timothée, Paul écrit : « N’aie donc pas honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de

moi, prisonnier pour lui. » (2 Tm 1.8) ; plus loin, il affirme lui-même ne pas avoir honte des

souffrances qu’il endure, en tant que prisonnier, car il sait pourquoi et pour qui il supporte cela

(1.12) ; enfin, un peu plus loin encore, il rappelle qu’Onésiphore, son compagnon d’œuvres, n’a

pas eu honte des chaînes de Paul, bien au contraire (1.16).

La honte est un mal insidieux et terrible, car elle porte un coup fatal à notre témoignage.

La honte étouffe la flamme qui a brillé et vibré en nous lors de notre conversion (cf. 1.6).

Elle lutte contre l’esprit de force, d’amour et de sagesse que Dieu nous a donné (1.7).

Dieu nous lance un défi : « Ne crois-tu pas, mon enfant, que je serai à tes côtés jusqu’à ce que je te

rappelle à moi ? » (cf. 1.12).

Frères et sœurs, acceptons ce défi, balayons toute honte et témoignons de notre foi joyeuse, afinque la grâce de Dieu ne soit pas tristement vaine !