Méditation de la semaine : Décembre 2019

Méditation de la semaine : dimanche 8 décembre  2019

De témoins à serviteurs

« Ceux qui, dès le commencement en ont été les témoins oculaires et qui sont devenus serviteurs de la parole » (Luc 1.2).

Il y a 2000 ans, les premiers disciples de Christ, appelés les Douze, ont vu, de leurs propres yeux, le Seigneur Jésus-Christ ; ils l’ont vu aimer, saisi de compassion ; ils l’ont vu soigner, offrir le pardon, accueillir ceux qui avaient besoin de l’être, témoigner de l’amour du Père ; ils l’ont entendu enseigner l’amour du prochain, vivre la justice de Dieu, défendre la Sainteté de l’Eternel…

Pierre : « Nous avons vu sa majesté de nos propres yeux » ; Jean : « Ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé ».

Qu’a donc produit tout cela ? Le service !

Devant Dieu, peut-on voir sans servir ?

Et nous, qu’avons-nous vu ? Sa grâce, son amour, son pardon, son soutien, sa force dans les épreuves, sa délivrance dans les tentations, son bon soin, sa providence quotidienne et ses miracles dans la vie des autres et la nôtre : oui, nous avons « goûté que le Seigneur est bon » (1 Pierre 2) !

La logique divine veut qu’ayant vu tout cela, nous ne restions pas les bras croisés, mais que nous entrions au service de notre Seigneur. Servons ; bien-aimés du Père ! Servons !

Méditation de la semaine : dimanche 22 décembre  2019

L’expérience du monde

On dit souvent que plus d’expériences donnent plus de discernement et plus de sagesse. Dans un sens, c’est vrai, mais dans un autre, il y a…

- des personnes célibataires plus aptes à s’adapter aux autres que des personnes mariées depuis 50 ans.

- des personnes sans enfant à qui l’on confierait bien plus volontiers nos enfants qu’à certains grands-parents.

- des personnes qui n’ont pas vécu d’importantes rébellions contre Dieu mais qui comprennent mieux l’étendue de Sa grâce.

- des personnes qui ont vécu moins de souffrances mais qui ont plus de compassion pour les autres.

Ces exemples montrent avant tout que ce qui donne de la sagesse, c’est l’Esprit de Dieu. Que valent les expériences si l’Esprit de Dieu ne transforme pas notre cœur ? Alfred de Musset disait : « Je me figure que les gens qui disent que le monde donne de l’expérience doivent être bien étonnés qu’on les croie. Le monde n’est que tourbillons, et il n’y a aucun rapport entre ces tourbillons. » La figure parfaite en est Jésus, qui n’a pas personnellement vécu toutes les souffrances ni toutes les expériences, mais qui, alors même qu’Il était sur Terre, comprenait mieux que quiconque les gens qu’il croisait. En toute situation donc, voyons ce que l’Esprit a à nous apprendre, car Lui seul peut nous faire grandir. De même, ne nous sentons pas inutiles si nous avons peu vécu, car Lui seul peut nous faire grandir.