Méditation de la semaine : Avril 2021

Méditation de la semaine : dimanche 4 avril 2021

Une seule chose est nécessaire

Si l’on demande au commun des mortels : qu’est-ce qui est nécessaire ? La plupart d’entre nous penseront au travail, à la famille et au confort. Nous avons besoin de ces choses, mais elles ne sont pas prioritaires pour Jésus-Christ.

Marie et Marthe aimaient leur sauveur, Jésus-Christ. Elles l’accueillirent dans leur maison, mais de façon différente. L’une était dans le faire, l’autre était dans l’adoration. Étant la maîtresse de maison, Marthe était submergée par le service au point de réclamer l’aide de sa sœur qui, elle, se trouvait aux pieds de Jésus-Christ : « Seigneur, tu ne te mets pas en peine de ce que ma sœur me laisse seule pour servir ? Dis-lui donc de m'aider. » (Luc 10.40). A cette demande, la réponse de Jésus-Christ fut inattendue !

«Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses. Or, une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera pas ôtée » (Lc 10. 41-42).

Marie était en train de vivre une expérience incroyable : être aux pieds de son maître ! Rien ne pouvait être plus important que de passer du temps avec son sauveur.

Et nous, qu’est-ce qui nous est nécessaire tout au  long d’une journée ?

Méditation de la semaine : dimanche 18 avril 2021

« Qui se tiendra sur la brèche ? »

« Je cherche parmi eux un homme qui les protège par une clôture, qui se tienne sur la brèche devant moi en faveur du pays, afin qu'il ne soit pas détruit, mais je n'en trouve pas. » (Ezéchiel 22.30).

Par la bouche du prophète Ezéchiel, Dieu lance un appel pour protéger le peuple, les malheureux, les opprimés. Hélas, il n’en trouve pas.

Qui se tiendra sur la brèche ?

Cet appel de Dieu, nous pouvons l’entendre pour des chrétiens de tous âges. Mais, plus spécifiquement, Dieu le lance aux jeunes, remplis de force et d’énergie,

plus aptes que les autres à une vision renouvelée.

Qui saisira le flambeau ? Qui criera au Malin : « Tu ne passeras pas ! Moi vivant, tu ne toucheras pas un cheveu, ni des malheureux, ni de mes frères et sœurs ! ».

Qui prendra les armes de Dieu ? La ceinture, la cuirasse, les chaussures, le bouclier, le casque et l’épée (Ephésiens 6) ?

Qui aura la vocation ?

Qui se tiendra sur la brèche ?

Méditation de la semaine : dimanche 25 avril 2021

Prier pour ses ennemis ?

Il est parfois difficile de bien nous entendre avec notre prochain, surtout dans le monde. Certains semblent nous haïr, tout faire pour nous nuire ou nous déranger et nous avons des valeurs et des pensées si différentes ! Dans de tels cas, il est facile de laisser notre cœur aller vers l’aigreur : après tout, nous ne leur avons rien fait, et avons même parfois été bons avec eux ; et malgré cela nous nous sentons attaqués, importunés, regardés de haut.

Pourtant, cette réaction n’est pas celle que Jésus attend de nous : « aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » (Mt 5.44). Combien cela peut être difficile ! Pour tendre vers cela, il faut déjà être sincères avec nous-mêmes, et nous demander que ce que ces personnes représentent pour nous. Ensuite, il faut décider de changer les dispositions de notre cœur : nous ne pouvons avoir de la rancœur, de l’amertume envers les autres.

Comme le disait Doyle Kee, « oui, mais comment ? ». Pour moi, une partie de la réponse est dans le verset : « priez » pour eux. Cela peut sembler un peu simple, mais c’est loin de l’être parfois ! Il est difficile de demander à Dieu d’apporter des bénédictions aux personnes que nous considérons comme des « ennemis ». Mais, quand nous le faisons avec sincérité, cela ne peut que transformer notre cœur et notre façon de voir l’autre.

Ne nous contentons donc pas de prier pour les personnes qui nous sont proches et nous semblent le mériter, prions aussi pour nos ennemis, ceux qui nous maudissent ou nous maltraitent !