Méditation de la semaine : Août 2019

Méditation de la semaine : dimanche 4 août 2019

Quelques recommandations de Jésus-Christ et de notre frère Paul


1 Corinthiens 14.20 : « Frères, ne soyez pas des enfants sous le rapport du jugement ; mais pour la malice,
soyez enfants, et, à l'égard du jugement, soyez des hommes faits. »

1 Corinthiens 11.1 : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ. »

Romains 12.12 : « Réjouissez-vous en espérance. Soyez patients dans l'affliction. Persévérez dans la
prière. »

Romains 12.18 : « S'il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les
hommes. »

1 Thessaloniciens 5.16 : « Soyez toujours joyeux. »

Matthieu 5.48 : « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. »

Matthieu 7.1 : « Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés. »

Luc 6.36 : « Soyez donc miséricordieux, comme votre Père est miséricordieux. »

Méditation de la semaine : dimanche 11 août 2019

Une vie de transitions

 

Certains évènements de la vie nous laissent assez de temps pour nous y préparer. D’autres sont plus inattendus, comme la perte d’un emploi, un déménagement forcé ou, pire, la découverte d’une maladie potentiellement mortelle.

Dès lors, y survivre alors que vous pensiez peut-être en mourir est formidablement libérateur ! C’est comme si une nouvelle vie s’offrait à vous, avec la possibilité de recommencer à zéro, mais en mieux, cette fois. Ainsi, pour certains, une expérience plutôt dramatique devient un grand tournant dans la vie, une transition majeure.

Peut-être sommes-nous chrétiens depuis longtemps, mais de manière plutôt marginale. Notre vie de disciple ne fait pas beaucoup de différence aux yeux de Dieu, ou dans la vie des autres. Une expérience qui nous a rapproché de la mort peut alors ouvrir la porte à une autoévaluation profonde et solennelle.

Dans ces moments de réflexion, ces paroles de Jésus peuvent nous venir à l’esprit : « À qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a confié beaucoup, on demandera encore plus. » (Luc 12.48)

Alors, sans attendre un évènement inattendu, posons-nous la question suivante : Qu’a fait Jésus pour moi ? Puis, allons plus loin et demandons-nous : qu’est-ce que je fais pour Dieu ? Qu’est-ce que je fais pour les autres ?

Méditation de la semaine : dimanche 25 août  2019

Vivre dans la lumière

« Rendez grâces au Père qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière. Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé » (Colossiens 1.12,13).

Oui, en devenant chrétiens, nous sommes passés de la mort à la vie, des ténèbres à la lumière : c’est une grâce de Dieu, et il faut s’en réjouir. Cependant, Dieu ne fait pas dans le virtuel. Dieu veut changer nos vies.

Alors, ce passage dans la lumière doit devenir réel, tangible. « Être en Christ, revêtir Christ, marcher dans la lumière, marcher par l’Esprit,… », toutes ces expressions bibliques ne sont pas des paroles creuses : elles nous disent : ‘Tu dois faire un choix !’. Oui, comme Josué, en son temps, disant « moi et ma maison, nous servirons l’Eternel » (Josué 24.15), nous avons la responsabilité de décider quelle vie nous voulons mener, et sous quelle direction. Être un chrétien, ce n’est pas porter une étiquette, un logo, marcher avec un slogan imprimé, ou que sais-je encore… Être un chrétien, c’est vivre une vie à l’opposé de celle que propose le monde.

« Car quiconque fait le mal a de la haine pour la lumière et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres  ne soient réprouvées ;  mais celui qui pratique la vérité vient à la lumière, afin qu'il soit manifeste que ses œuvres  sont faites en Dieu » (Jean 3.20,21).  

De la même manière que quelqu’un dans l’obscurité éprouve une gêne puissante et une douleur aux yeux quand on braque soudain une lumière sur lui, plus nos actions s’éloignent de la volonté de Dieu, plus, naturellement, nous aurons tendance à fuir la lumière, autrement dit la présence de Dieu.

Ainsi, on peut être à mille lieues de la présence de Dieu tout en chantant des cantiques avec nos frères et sœurs le dimanche matin…

Ce qui détermine si nous sommes dans la lumière ou les ténèbres, c’est notre vie quotidienne, avec ses chemins, ses choix, sa réalité concrète.